Paiements sans contact. Une mesure barrière efficace.

Des études récentes alertent sur de nouveaux vecteurs potentiels de propagation du virus et appellent à des changements de comportement majeurs dans le secteur de la mobilité.


Après des mois de crise sanitaire à rebondissements, la population pourrait être lasse des mesures de confnement, des incertitudes et des inquiétudes qui l’accompagnent. Néanmoins, les gestes barrière sont devenus des automatismes et il est peu probable qu’ils disparaissent à l’issue de cette crise.
Alors que nous nous efforçons de trouver un équilibre entre les campagnes de santé publique récurrentes et les mesures restrictives destinées à tous nous protéger, le simple fait de toucher une surface est devenu source d’anxiété pour beaucoup. C’est particulièrement vrai en dehors de nos foyers, où nous n’avons que peu ou pas de contrôle sur l’entretien de ces équipements.
Il s’avère que cette réticence à toucher des surfaces est bien plus pertinente qu’on aurait pu l’imaginer.
Le coronavirus pourrait survivre et rester actif plus d’un mois sur les équipements urbains.
Il y a quelques semaines, des chercheurs australiens ont rappelé une fois de plus au monde, l’importance de se laver les mains régulièrement. Ils ont ainsi démontré que le virus responsable de la Covid-19 peut survivre sur le plastique, le papier, l’inox et le verre pendant plus de 28 jours. Bien plus longtemps qu’on ne le pensait au départ.

Pour comparaison, l’influenza A, ou grippe aviaire, ne résiste que 17 jours dans des conditions similaires.
L’étude, menée par l’Agence scientifque nationale australienne (CSIRO), a révélé que, bien que le risque de transmission par des personnes toussant, éternuant ou parlant soit le plus élevé, les particules infectieuses du virus demeurent « extrêmement résistantes » et peuvent survivre jusqu’à quatre semaines sur des surfaces lisses.

« Avoir établi la durée de vie effective du virus sur les surfaces nous permet de prévoir et de réduire sa propagation plus précisément, et de mieux protéger les populations. »

Le directeur de la CSIRO, docteur Larry Marshal

 

Cette découverte s’appuie sur des constations antérieures selon lesquelles les surfaces soumises à des contacts fréquents, comme les écrans tactiles, les claviers, les distributeurs automatiques de billets et les guichets automatiques, constituent des espaces propices pour la propagation des virus, avec des taux de transmission de 33 % de la surface à la main et du bout des doigts à la bouche.
Réagissant à cette étude, le professeur Paul Digard, virologue attaché au Roslin Institute de l’université d’Édimbourg, a souligné la pertinence d’avoir mesuré la virulence du virus et pas seulement ses éléments détectables. Cependant, bien que les risques de propagation du virus diminuent avec le temps, il est peu probable que les équipements soumis à des taux d’utilisation élevés et répétés restent vierges de tout contact pendant 28 jours.

TELECHARGER LE LIVRE BLANC >

 

Les températures en baisse augmenteraient le risque.


L’étude, publiée dans le Virology Journal, se base sur des expériences menées dans des conditions favorables au virus : l’obscurité (vu qu’il a été prouvé que les rayons ultraviolets neutralisent la Covid-19) et des
températures stables. Quoi qu’il en soit, elle indique clairement les conditions favorables au virus. Pour les exploitants de parkings et les autorités locales, cette conclusion appelle à un changement radical.

1. Les surfaces lisses, telles que l’argent liquide, les touches de clavier et les écrans tactiles favorisent l’épanouissement du virus plus longtemps que les matières poreuses, comme le coton.
2. Les températures basses sont plus favorables au virus que les températures élevées. Alors que l’infection survit moins de 24 heures à 40 degrés Celsius sur une surface lisse, cette durée passe à 28 jours lorsque la température descend à 20 degrés, soit la température ambiante en intérieur. Cette conclusion pourrait expliquer le nombre élevé de foyers d’infection dans les usines de transformation de la viande et les chambres froides à travers le monde.

Alors que la nuit tombe plus tôt et que les températures baissent, les conditions hivernales sont plus propices au développement du virus que la chaleur de l’été. Mais si les auteurs de l’étude ont une nouvelle fois souligné la nécessité de se laver souvent les mains et de nettoyer régulièrement les surfaces avec lesquelles nous sommes en contact, la réalité est tout autre. Diffcile en effet d’envisager la désinfection de chaque bouton d’un équipement urbain après chaque utilisation.
D’autre part, les résultats de l’étude sont largement repris par
la presse , ce qui  pourrait conduire à la pérennisation de certaines habitudes que les automobilistes ont prises au cours d’un été où la précaution était de rigueur.


« En tant qu’opérateurs du stationnement au sein des villes, il nous apparaît important de promouvoir l’utilisation du stationnement dématérialisé comme la nouvelle norme, permettant ainsi de préserver la santé de tous. »

Olivier Koch, Directeur Général PARK NOW France et Suisse

 

Les automobilistes prennent la propreté au sérieux. Depuis le début de la pandémie, nous nous efforçons d’expliquer combien elle a façonné de nouveaux comportements chez les automobilistes, et les diffcultés qui l’accompagnent. Beaucoup évoquent leur réticence à utiliser des espèces ou à toucher des équipements urbains, ce qui les conduit à des mesures d’évitement qui peuvent provoquer des dégradations importantes sur les machines. C’est ce type de situations déroutantes que partage la journaliste Aline Combrouze dans Le Populaire du Centre. Dans cet article, elle a recueilli les propos d’un technicien intervenant sur les horodateurs de la ville de Limoges.


« Nous intervenons régulièrement pour régler les petites pannes habituelles. Mais là, nous sommes confrontés à un nombre important d‘actes de vandalisme à plusieurs endroits de la ville. Si je dois faire passer un premier message : arrêtez de taper les touches avec vos clés ! Les usagers craignent d‘utiliser les touches avec leurs mains. Mais les clés détériorent le circuit imprimé qui se trouve derrière, à l‘intérieur. La touche verte de validation est la principale concernée. »


Ceci est loin d’être un cas isolé. Les automobilistes veulent prendre le contrôle des facteurs d’hygiène lorsqu’ils utilisent les équipements des parkings publics. Nous recueillons de plus en plus de témoignages d’exploitants et d’autorités locales évoquant l’augmentation des dégradations sur les machines et l’augmentation des opérations de maintenance et des frais de réparation. Si les machines tombent en
panne plus vite, le nombre réduit d’appareils disponibles risque d’entraîner une baisse de recettes que les entreprises et les municipalités ne peuvent supporter en ce moment, étant elles-mêmes confrontées à l’impact de la crise sanitaire.
D’autre part, les conclusions du CSIRO identifent également les écrans tactiles en verre des téléphones mobiles comme des bouillons de culture pour le virus. Comment nos appareils personnels pourraient-ils alors constituer la solution pour les exploitants et les automobilistes ? La réponse est simple, sûre et sécurisée.

 

Les paiements sans contact sont une solution déjà rodée.

En général, les gens acceptent beaucoup mieux leurs propres microbes que ceux des autres. On se sent plus en confance et en sécurité avec son propre téléphone quand on sait qui l’a manipulé et quand il a été nettoyé pour la dernière fois.

Pour les automobilistes, manipuler ses propres appareils pour payer son stationnement paraît bien moins risqué que d’utiliser le mobilier urbain, comme les automates des parkings.
C’est pourquoi nous assistons à une augmentation du nombre de clients utilisant nos services sans contact et sans monnaie. Au moment de payer leur stationnement, les automobilistes prennent plus que jamais en compte le mode de paiement associé.
En leur évitant de devoir manipuler de la monnaie potentiellement infectée ou d’utiliser des équipements fréquemment utilisés, la solution sans contact 100% digitale de PARK NOW permet aux automobilistes de reprendre le contrôle sur leur exposition au risque infectieux et de se garer en toute tranquillité, depuis le confort de leur véhicule.
Pour les exploitants de parking et les autorités locales, l’option sans contact est un atout majeur pour convaincre les municipalités : réduction des coûts de réparation et de maintenance des machines et maintien en conditions opérationnelles. Accompagner le changement de comportement des automobilistes peut s’avérer une alternative efficace pour assurer une source de revenus tout au long de la pandémie, et au-delà

La solution sans contact 100% digitale de PARK NOW permet aux automobilistes de reprendre le contrôle sur leur exposition au risque infectieux et de payer en toute tranquillité, depuis le confort de leur véhicule.

 

Le paiement sans monnaie pour endiguer la propagation du virus.

Au printemps dernier, PARK NOW avait prédit que la nécessité de limiter la propagation du virus s’accompagnerait de la hausse des paiements sans contact. Maintenant que cette prédiction est avérée, nous pensons que les automobilistes vont vite opter pour la gestion du paiement du stationnement depuis leur téléphone et par la même occasion reprendre le contrôle sur leurs sessions de stationnement, à la minute près. En dépit des causes douloureuses qui ont conduit à ces changements de comportements, la population est désormais prête à passer au sans-contact.
Nous avons lancé notre solution sans contact pour offrir à nos clients une méthode simple et sécurisée pour payer leur stationnement, en toute en sécurité. Mais avec cette nouvelle étude, nous avons la preuve tangible que le stationnement sans contact va au-delà du seul sentiment de sécurité. Cette solution protège les automobilistes qui se déplacent de ville en ville.

Spécialistes de la mobilité sans contact.

Si vous êtes en charge du stationnement dans votre commune et si vous vous reconnaissez dans l’un des problèmes mentionnés plus haut, PARK NOW peut vous aider.
Nous vous accompagnons dans la mise en place de la technologie digitale avec de vraies garanties en termes d’optimisation des recettes, tout en favorisant la satisfaction de vos automobilistes.
En travaillant ensemble, nous pouvons faire la différence pour les personnes qui visitent, habitent et travaillent dans votre zone. Notre mission est de créer des villes plus saines, plus propres et plus agréables à vivre. Aujourd’hui plus que jamais, nous pouvons vous accompagner dans la concrétisation de vos objectifs stratégiques et financiers, tout en aidant chacun à se sentir en sécurité grâce au paiement sécurisé et sans contact.

Newsletter de Décembre – Les avantages du stationnement digital

11 janvier 2021
  Cher partenaire,   Sur bien des aspects, l’année 2020, marquée par la pandémie de Covid-19, aura été exceptionnelle, et conditionnée par la crise sanitaire et ses retombées économiques. Et si cette situation inédite a fait naître de nouveaux comportements en matière de mobilité, elle a aussi révélé l’importance du sans contact et des paiements…
Read more

Paiements sans contact. Une mesure barrière efficace.

11 décembre 2020
Des études récentes alertent sur de nouveaux vecteurs potentiels de propagation du virus et appellent à des changements de comportement majeurs dans le secteur de la mobilité. Après des mois de crise sanitaire à rebondissements, la population pourrait être lasse des mesures de confnement, des incertitudes et des inquiétudes qui l’accompagnent. Néanmoins, les gestes barrière…
Read more

Moins vous polluez, moins vous payez votre stationnement : l’avenir selon PARK NOW

1 décembre 2020
Interview vidéo publiée le 1er décembre 2020 par Clotilde Gaillard VOIR LA VIDEO > Proposant une solution de paiement dématérialisé permettant de régler, à la fois les parkings en voirie et en sous-sol, en un seul clic sur son smartphone, PARK NOW a su conquérir neuf pays de l’Union européenne, dont la France, avec cette fonctionnalité innovante. Et…
Read more